Bayreuth FM

Info

Titre :
Bayreuth FM
Cycle :
Siegfried's Swan Song [2]
Genre :
Sextuor
Date de création :
2007
Durée :
60'
MISE EN SCENE & CHOREGRAPHIE
Mauro Paccagnella
MUSIQUE ORIGINALE LIVE
Christophe Morisset (F), Ina Geerts (B), Stéphane Broc (F)
TEXTES
Extraits du "Crépuscule des Dieux" (Richard Wagner) ; extraits de "Vrouw" (Betty Mellaerts, ed.Lanoo)
MUSIQUE
Richard Wagner, Saint-Preux, Schuman, Del Campo
DANSE & INTERPRETATION
Ina Geerts, Lisa Gunstone, Ben Fury, Christophe Morisset, Stéphane Broc, Mauro Paccagnella
CREATION VIDEO
Stéphane Broc (F)
COSTUMES
Fabienne Damiean
CREATION LUMIERE & REGIE
Jef Philips (B)
REGIE SON VIDEO
Benjamin Van Thiel (B)
PRODUCTION
Wooshing Machine
COPRODUCTION
Charleroi/Danses , Théâtre Les Tanneurs (Brussels)
AVEC LE SOUTIEN DE
Ministère de la Fédération Wallonie Bruxelles (Service de la Danse), SACD, WBI, WBTD
Bayreuth FM, deuxième volet de la tétralogie The Siegfried's Swan Song, vibre au creux de la solitude des Hommes et des Femmes, héros malgré eux, dans un jeu ironique où élans amoureux et dévouements idéologiques se heurtent à un destin inéluctable de trahisons et de morts annoncées.

Wagner reste isolé dans son silence visionnaire, mais les résonances de ses obsessions amoureuses rebondissent avec ambiguïtés et détournements sur les six protagonistes de la soirée, quatre "Siegfried" et deux "Brünhilde", maladroits présentateurs d'une hypothétique radio wagnérienne à Bayreuth.

Bayreuth FM a été nominé en 2008 au Prix de la presse francophone de Belgique comme meilleure chorégraphie.
Bayreuth FM est une "radio libre" située au cœur de Bayreuth, la jolie petite ville de Bavière qui accueille le plus important festival wagnérien, lieu de culte incontournable des mélomanes allemands et du monde entier.

Le studio d'enregistrement de la radio siège au grenier du Festschauspiele, la prestigieuse salle de représentation des opéras de Wagner à Bayreuth. Ses modulations de fréquence couvrent l'entièreté de la Bavière pour satisfaire les appétits des fidèles du compositeur qui n'ont pas bénéficié du grand privilège d'un fauteuil au Festival.

Les six employés ont déjà offert à plusieurs reprises des épreuves de fidélité et loyauté. Ils ont pour mission de s'emparer des fréquences de Bayreuth FM pour s'infiltrer dans chaque maison de la Bavière et promouvoir l'image du Grand Maître et du Festival.
En lire + En lire –

Vidéo

Dates de tournée

Du 22 nov. au 1 décembre 2007 - Saison 07-08, Théâtre les Tanneurs - Bruxelles
7, 8, 9 décembre 2008 - Saison 07-09 Charleroi/Danses, Objectif Danse 4 - Charleroi
Du 10 au 23 juillet 2008 - L'été des Hivernales, Théâtre des Hivernales - Avignon
29 mars 2009 - Festival Sunergia, Le Capitol - Eupen
30 janvier 2010 - Festival Périphérique, L'Apostrophe - Cergy Pontoise
9 avril 2010 - Escales Danse, Théâtre Paul Elouard - Bezons
15 octobre 2010 - Saison 2010-11, Le Parvis - SN - Tarbes

Revue de presse

BAYREUTH FM, RADIO PAS MACHO
Partant de la légende des Niebelungen, utilisant la danse, la musique et la vidéo (aidé en cela par ses comédiens aux multiples et complémentaires talents, Stéphane Broc signant entre autre les géniales images), Mauro Paccagnella a réussi le pari d'amener avec humour un univers particulier, lointain et proche à la fois.
La légèreté dansée du spectacle n'empêche pas, malgré tout, un clin d'œil final à la propagande, une interpellation juste et en finesse de la conscience des spectateurs. Spectacle relativement hors norme, il ne plaira sans doute pas aux plus grands des amateurs de Wagner... Quoique l'humour omniprésent saurait sans conteste les dérider... Pour les autres, curieux de belles surprises chorégraphiées, nous dirons « Branchez vous sur Bayreuth fm, 99.20... »
– Isabelle Plumhans - http://www.demandezleprogramme.be
JACKIE FLETCHER REPORTS
This is postmodern, interdisciplinary dance, a slithering, minimalist and disjointed comment on the romantic excesses of the classical tradition. Mauro Paccagnella's rhythmical and repetitious movements and bland expression heighten the irony and Mohamed Benaji's irreverent imitations of classical ballet, particularly the dying swan, were superb.
Bayreuth FM is irreverent and at times deliciously insane, but it is as sharp as it is funny. While ridiculing pomposity and bombast, they question our concept of genius and fore-front the aspirations of the mediocre. Happily, however, they never fall into the trap of reducing their own talents to banality.
The text is in French, with some German and English. Highly recommended.
– Jackie Fletcher reports - The British Theatre guide - The Avignon Festival 2008
AGENDA
What do Wagner, a pirate radio station, a balletic trombonist and flying frankfurters have in common? The answer is to be found in the Brussels collective, Woosh'ing Mach'ine's, latest offering: Bayreuth FM. Paccagnella is a rarity in the contemporary dance world in that his work is often unashamedly funny.
– Oonagh Duckworth - Agenda - 2007
UN SOUPÇON DE WAGNER AVEC MOUTARDE ET SAUCISSES
Prendre en otages la musique et la danse pour aller au bout de la dérision avec rigueur est une gageure tenue par le groupe bruxellois « Woosh'ing Machine ». D'où un spectacle délirant qui ne cesse de s'autodétruire en se reconstruisant. Le grandiose de l'opéra se heurte à la mesquinerie des actes ordinaires et aux bévues des protagonistes. Les relations entre les êtres, sous la caricature, rejoignent en vrai celles des héros inventés. Les danses derrière des allures dégingandées sont sophistiquées et rigolotes. De quoi procurer moult plaisirs à ceux qui laissent au frigo leur souci de comprendre au premier degré une représentation dont le rythme est sans faille.
– Michel Voiturier - Rue du Théâtre - Juillet 2008
ILS SONT FOUS, CES BELGES !
Ici se croisent passé d'artistes illustres, personnages héroïques et présent d'une vie quotidienne banale, réalité et fiction - voire frictions - se mélangent en double direct. Images projetées et actions inénarrables sur le plateau se bousculent. C'est délirant et en même temps d'un sérieux ... de papes, c'est de la déglingue participative - quand la bande des six ouvre le champagne, les spectateurs reçoivent le bouchon.
C'est pourtant poétique en diable et même au milieu des cris "oualali, oulala, oualalal Wallonie...", on est fasciné par le talent des artistes.
– Danièle Carra - La Provence - 12 juillet 2008
L'HUMANITE
Le jeu est tantôt expressionniste, tantôt naturaliste. Sur une vidéo défilent à toute vitesse des images en noir et blanc de Wagner mais aussi de Hitler, comme on le sait, son plus fervent admirateur. Le petit vent de l'histoire souffle donc sur cette pochade post-moderne en diable.
– Muriel Steinmetz - L'Humanité - 2008
MACHOS ET WALKYRIES
La rencontre entre les machos et les walkyries a lieu dans les studios d'une radio privée installée dans les locaux du célèbre festival de Bayreuth. On y passe donc du Wagner mais aussi Carl Orff (qui donne naissance à un ballet particulièrement gratiné) ou encore l'ineffable Saint-Preux sur les notes duquel toute la petite bande sautille au ralenti comme dans les clips les plus tartes des années 80.
Ce nouvel opus mélange largement les genres et l'apport des deux jeunes femmes, Lisa Gunstone et Ina Geerts, qu'on a notamment vues chez Alain Platel, la Needcompany ou encore Wim Vandekeybus, contribue à faire naître un autre ton qui, dans la dernière partie, virera vers une ambiance plus sombre et plus étrange.
Mauro Paccagnella nous fait rire mais nous surprend également. Il en va de même pour ses trois comparses : Stéphane Broc dont les vidéos se révèlent ici essentielles, Christophe Morisset utilisant ses aptitudes de musicien avec beaucoup de feeling et Ben Benaji Mohamed, particulièrement fascinant en cygne noir dans la dernière partie. Allez, en route pour le troisième épisode !
– Jean-Marie Wynants - Le Soir - lundi 26 novembre 2007
SUR LES ONDES ET A COTE
Le collectif Woosh'ing Mach'ine oeuvre ici, comme à son habitude voire plus encore, dans le croisement des disciplines, de même que le spectacle, dans sa trame, fait se croiser présent et passé, réalité et fiction - voire frictions -, musique de Wagner et guitare distordue ou trombone rauque, images projetées, texte drôle ou poignant, frémissements. Le tout accompagné, souvent, de la danse désinvolte et cocasse que cultive à raison Mauro Paccagnella. La tragédie, pour autant, n'est pas évacuée, ni omniprésente du reste.
Entre d'une part les tables, casques et micros du studio, et de l'autre la zone de détente avec canapé et frigo (dessus, des bustes de Wagner, dedans les accessoires indispensables : bière, saucisses, perruques, chaussures), entre le on et le off, "Bayreuth FM" explore, avec une nonchalante conviction, une ironie obstinée, l'émouvante intersection du grandiose et de l'intime.
– Marie Baudet - La Libre Belgique - 27/11/2007
a Télécharger l'ensemble de la revue de presse

Fiche Technique

a 1 Fichetechniquebfm